Eric Van Hove

Éric van Hove (Belgique / Maroc), artiste en résidence, recréera une partie de son atelier de Marrakech. Il présentera The Mahjouba Initiative qui questionne les objets, les mécanismes économiques qui les sous-tendent. Lui qui aime à travailler avec des artisans locaux, a imaginé le projet ‘Mahjouba’, soit la création d’un véhicule électrique dont la plupart des pièces ont été conçues par des artisans, d’autres réutilisées à partir d’anciens véhicules. Il se joue du rapport entre les productions mondiales et locales, industrielles et artisanales.

Il puise dans l’alternatif évidemment et combine des techniques ancestrales à du numérique comme l’impression 3D ou l’alimentation à l’énergie solaire. En poursuivant sa réflexion sur le rapport entre savoirs artisanaux et création contemporaine, Eric van Hove entend projeter une image esthétique et poétique des pratiques ancestrales des artisans marocains. En emmenant sur un chemin solidaire, et presque communautaire, des maîtres et apprentis marocains vers une transgression esthétique de la plus pure des expressions mécaniques, cet artiste projette toute une profession dans la reconnaissance du Beau par les sociétés occidentales dans les temples qu’elle a édifiés pour en sacraliser la représentation. Ces sculptures mettront en valeur leurs savoir-faire respectifs, et seront les témoins des récits des différentes vagues de migrations qui ont contribué à forger l’identité marseillaise

Eric Van Hove

Éric van Hove (Belgium / Morocco), atist in residence, will recreate part of his workshop in Marrakech. He will present The Mahjouba Initiative, which questions object, the economic mechanisms underlying them. He who likes to work with local artisans, imagined the “Mahjouba” project, the creation of an electric vehicle whose most parts were designed by craftsmen, others reused from old vehicles. It plays with the relationship between global and local, industry and   artisanal   productions.

It draws on the alternative, of course, and combines ancestral techniques with digital technology such as 3D printing or solar power. By pursuing his reflection on the relationship between artisanal knowledge and contemporary creation, Eric van Hove intends to project an aesthetic and poetic image of the ancestral practices of Moroccan artisans. By taking Moroccan masters and apprentices on a united and almost communal path towards an aesthetic transgression of the purest of mechanical expressions, this artist projects a whole profession in the recognition of Beauty by Western societies in the In the temples, she has built to sanctify the representation. These sculptures will showcase their respective know-how, and will bear witness to the stories of the different waves of migration that have helped forge the Marseille identity.